Un Samuel Doe écologiste

Lomé, bel après-midi de juillet, périphérie ouest de la capitale. Sur la pelouse d’un terrain de football oublié dans la banlieue, je fais la connaissance d’un jeune élève de Cours moyen 2. Quelques jours après l’examen de passage en classe de 6e, le temps est plutôt à l’amusement. A l’opposé de ses petits camarades qui s’essaient à jouer aux Lionel Messi, Neymar et autres Zlatan Ibrahimotchiv, mon nouvel ami est plutôt calme, à l’écart. Je m’interroge. Qui est cet enfant censé jouer au foot mais ne semble pas s’y intéresser ?

Je ne sais par quelle alchimie le contact s’établit entre lui et moi. Très vite, nous crochons les atomes. Il a les yeux qui brillent, contrastant avec le vert du gazon. Ses yeux pétillent presque, quand je lui fais remarquer la tonte exceptionnelle de la pelouse en cette saison de pluies. Nous avons apparemment les mêmes préoccupations sur la nature. Il est encore plus intéressé quand je lui parle des sachets plastiques (d’eau) jetés par ses camarades insouciants sur le terrain de jeu. Et de m’expliquer dans son école, que tout rejet de déchets dans la cour, entraîne un avertissement puis une sanction. De nouveau exceptionnel. De là, nous entamons la genèse de ces matières.

Mon jeune interlocuteur ignore que je tiens un blog sur le plastique (un plastiblog donc). Je commence à lui expliquer les étapes de fabrication du plastique. L’enfant est un « petit écolier » exceptionnel, il comprend tout. C’est dire, s’il ne pouvait me donner un cours magistral sur l’osmose ou les couches géologiques quand nous abordons ces chapitres « pointus.» Le gosse est intelligent. Il y a définitivement de petits génies chez nous. Mélangeant le mina¹ au français, le petit surdoué se transforme tour à tour en prof de physique, de géologie et d’écologie pour m’en apprendre des choses. Et pas des moindres. La charte du blogging limite le nombre de signes d’un billet, sinon je vous en aurai plaqué ici une bonne couche. Pour reprendre le passage d’un évangile², le jeune collégien et moi avons tellement abordé de sujets que, si on les écrivait en détail, je ne pense pas que la plate-forme Mondoblog même pourrait contenir les livres qu’on écrirait…
Le soleil se fait déclinant. C’est l’heure de se quitter et c’est seulement à ce moment que, mon ami et moi décidons de faire les présentations ! Il me demande mon nom.
– Aristides, je réponds. Et toi ?
– Samuel.
– Samuel quoi ?
– Doe.
– Quoi, Samuel Doe le président libérien³ ? Sursaute-je. C’est fou ce que les parents peuvent associer certains noms. Toi, tu es un Samuel Doe écolo, en tout cas ! Conclue-je.

Il fait presque nuit. Samuel est sûrement rentré chez lui comme moi. Je suis content de m’avoir fait un nouvel ami écologiste. Plus nous serons nombreux à nous intéresser à l’environnement, plus le monde se porterait mieux. Cependant, je continue à m’interroger. Que faut-il faire donc pour avoir un environnement propre dans nos villes ? Que faire pour ne plus voir aucun déchet dans les rues ? Des rues où plus personne n’y jetterait un sachet plastique. Je pense, repense et je suis blasé face à tant d’indifférence. Dépité mais pas fatigué, je poursuis la réflexion…

 

¹La langue parlée à Lomé.

²La Sainte Bible, Evangile selon Jean, chapitre 21 : verset 25.

³Ex-président du Libéria

The following two tabs change content below.
aristideshonyiglo
J'ai longtemps travaillé comme journaliste dans plusieurs rédactions de presse écrite (Golf Info), de radio (Nostalgie, Légend FM) et d’agences, à Lomé.
aristideshonyiglo

Derniers articles pararistideshonyiglo (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *