Guerre des plumes dans les rues : 2 053 743 (Episode 2)

Credit: fr.freepik.com

Credit: fr.freepik.com

 

Vous vous rappelez l’épisode 1 ou le début de ce « combat » que les faiseurs de « plumes » ont livré au nom des élèves dont les écritoires, pouvaient être considérés comme leurs outils de travail. Et du paysan africain qui utilise la houe ou la daba comme un stylo pour faire de la culture. Vous vous souvenez aussi, sûrement du nombre de ces élèves : deux millions.

Plus exactement 2 053 743 élèves. Multiplions donc cette donnée par le prix moyen d’un « bic », 88 francs Cfa. A l’heure des cartes-mères miniaturisées et des ordinateurs intégrés, qui «s’amuserait » encore à se rappeler les règles de calcul mental ? Sortons calmement la pas très épaisse calculatrice, et pianotons sur son pavé numérique… Avec sa précieuse aide, le produit du prix d’un bic par le nombre d’apprenants donne (Prix d’un bic (X) Nombre d’apprenants =) 180.729.384 de francs Cfa potentiels. A repartir entre les principaux fabricants de stylos représentés localement. Et encore, chaque apprenant (e) n’utilise pas un unique stylo d’encre bleue ou noire par année scolaire. Il (elle) en perd, en change, en rechange et (aussi) en d’autres couleurs tout le long de l’année. Ce qui pourrait porter le multiple des 180.729.384 francs à 2, 3, 4 voire plus… Un juteux immense marché donc, vous convenez !

10445455_1531994677049843_6173703211899648199_n

Ecolier africain (Crédit photo: Avec l’aimable autorisation du mondoblogeur et mondofrère William Fonkam, lepetitecolier.mondoblog.org )

Ces fabricants de « plumes » ont été plusieurs à s’être impliqués dans cette guéguerre de « plumassiers. » Les stigmates de cette bataille concurrentielle sont encore visibles sur le terrain. Les rues de cette modeste capitale portent encore les marques des vendeurs de « pennes. » A savoir les légendaires « français » Conté…, les « anglais » Reynolds…, les nigérians et ivoiriens OK Pen, les « allemands » Schneider, Staedtler, le « chinois » Beifa, tout récemment les « indonésiens » Cello, etc. A l’occasion de la dernière rentrée, ils se sont volés dans leurs plumes. Dans les rues, sur les murs ou sur les panneaux publicitaires, tout a servi à montrer ses couleurs. Les « plumes » ont fait le paon sur les avenues et les boulevards.

Pub de stylos....

Pub de stylos….

Tenez, tel fabricant qui « … vous en donne toujours plus. » Quoi ? De l’encre et encore de l’encre ! Dans un stylo qui « écrit jusqu’à la dernière goutte. » Car pour l’autre « les détails sont plus importants. » J’en passe et des meilleurs. Vraiment ces entrepreneurs possèdent l’art de la vente. Ils pourraient même vous vendre des pennes à la place d’un poulet en entier, rien que pour faire de vous une plume.

Pub de stylo, Lomé (Crédit photo : A. Honyiglo)

… Dans les rues de Lomé (Crédit photo : A. Honyiglo)

Il y a parmi ces plumiers, un qui mérite qu’on s’y penche. Tellement sa « plume » a tellement accompagné nombre d’entre nous, qu’ils doivent être une forte minorité (s’il s’en trouve) qui n’ait  jamais tenu ce « pistolet » entre leurs doigts.. Point est-il besoin de renommer ici, le célèbre stylo aux trois lettres dont le nom est rentré dans le langage au point de désigner « tout stylo à bille, quelle que soit sa marque (Larousse) ». Un politique togolais, El-Hadj Coubadja Touré, déclara un jour lors de la Conférence nationale souveraine : « Notre arme, c’est le bic.» Tout est dit et vous l’aurez compris, cette « arme » c’est le Bic. Le crayon ou le stylo sont de redoutables armes de combat (d’idées).

                                      … bleue si possible (Crédit photo : A. Honyiglo)

                   … bleue si possible (Crédit photo : A. Honyiglo)

Tellement ce « bic » a mes entiers suffrages et m’a permis de (m’exprimer) et d’exprimer mes idées, mes états d’âme. [Que j’en suis presque tombé « amoureux.»] A l’heure où tablettes, écrans tactiles, claviers intelligents tentent de le substituer. Pourquoi et comment je suis « tombé » amoureux dans cette histoire de bic ? Cela, utilisez tout le matériel mental pour y cogiter, et je vous en parlerai prochainement… (A suivre).

The following two tabs change content below.
aristideshonyiglo
J'ai longtemps travaillé comme journaliste dans plusieurs rédactions de presse écrite (Golf Info), de radio (Nostalgie, Légend FM) et d’agences, à Lomé.
aristideshonyiglo

Derniers articles pararistideshonyiglo (voir tous)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *